Wire weaving #1 : la double hélice d’ADN

Je me suis lancée dans le wire weaving aussi appelé wire wrapping même s’il y a une différence. J’ai acheté du fil de cuivre brut de 20 gauge et 28 gauge et je me suis lancée en suivant cette vidéo (en Russe mais la vidéo suffit à comprendre, surtout que c’est un schéma très simple):

Qu’ai-je fait en premier ? Un ADN ! Voici le résultat :

bijou en fil de cuivre

Ce n’est pas compliqué à faire. Le seul truc est de garder une tension constante du fil, mais cela vient avec la pratique. C’est facile dans ce cas car, ça doit être une autre paire de manche de faire des brochettes, pendentifs et autres bijoux complexes.

Toutefois, dans ce cas, je n’avais pas de pince adéquate pour faire des boucles. Donc, j’ai fait « un peu n’imp » à la fin et je dois encore limer les pointes.

J’aimerai bien faire différents types de neurones prochainement.

Référence tricot #6 : Carol McCormick tricote

Une petite référence tricot trouvé dans l’épisode 7 de saison 4 de South Park avec la mère de Kenny qui tricote.

south park s04e07

Je rappelle que l’idée des références tricots et crochets est juste de voir s’ils sont présents dans les domaines du multimédia (film, série, jeu vidéo) ainsi que de voir comment ils sont représentés.

Robotique #1 : EXTERMINATE, partie 1

Voici un projet robotique que j’ai commencé en 2012, que j’ai mis de côté et qu’il faudrait que je reprenne un de ces quatre. L’idée est de créer un Dalek qui hurle « exterminate » lorsqu’il détecte un mouvement. Le côté drôle du truc est que je n’aime pas spécialement la série Doctor Who, j’aime juste l’idée du Dalek qui veut tout détruire. Du coup, j’ai vaguement vu la saison 1 de Doctor Who (celle de 2015) et je n’ai pas envie de voir la suite. A l’époque, j’avais écrit un article à sujet sur un de mes autres blogs, mais il a sa place sur Inside Uranus.

Au départ, j’avais acheté un kit robot Futur Kit dans un magasin d’électronique de ma ville. C’est un petit robot qu’il faut monter soit même (ça inclut de la soudure évidement) et ce robot à roulette évite les obstacles grâce à son détecteur de proximité. Puis, j’ai acheté un Arduino Uno, un wave shield et du matos électroniques (composants + détecteurs de mouvement) chez AlphaCrucis. Je ne sais pas coder, mais la communauté Arduino est assez développé, du coup, j’ai trouvé ce code qui correspond à ce que je cherchais : lancement d’un fichier wave lorsqu’il y a détection d’un mouvement. J’ai apporté des petites modifications aux codes pour qu’il fonctionne et voici le code final (j’espère que je n’ai pas eu de perde de donnée en copiant collant le code) :

#include
#include
#include
#include « WaveUtil.h »
#include « WaveHC.h »
SdReader card; // This object holds the information for the card
FatVolume vol; // This holds the information for the partition on the card
FatReader root; // This holds the information for the filesystem on the card
FatReader f; // This holds the information for the file we’re play
WaveHC wave; // This is the only wave (audio) object, since we will only play one at a time
#define DEBOUNCE 100 // button debouncer

// this handy function will return the number of bytes currently free in RAM, great for debugging!
int freeRam(void)
{
extern int __bss_end;
extern int *__brkval;
int free_memory;
if((int)__brkval == 0) {
free_memory = ((int)&free_memory) – ((int)&__bss_end);
}
else {
free_memory = ((int)&free_memory) – ((int)__brkval);
}
return free_memory;
}
void sdErrorCheck(void)
{
if (!card.errorCode()) return;
putstring(« \n\rSD I/O error: « );
Serial.print(card.errorCode(), HEX);
putstring(« , « );
Serial.println(card.errorData(), HEX);
while(1);
}
void setup() {

// set up serial port
Serial.begin(9600);
putstring_nl(« WaveHC with 6 buttons »);
putstring(« Free RAM: « ); // This can help with debugging, running out of RAM is bad
Serial.println(freeRam()); // if this is under 150 bytes it may spell trouble!

// Set the output pins for the DAC control. This pins are defined in the library
pinMode(2, OUTPUT);
pinMode(3, OUTPUT);
pinMode(4, OUTPUT);
pinMode(5, OUTPUT);

// pin13 LED
pinMode(8, OUTPUT);

// if (!card.init(true)) { //play with 4 MHz spi if 8MHz isn’t working for you
if (!card.init()) { //play with 8 MHz spi (default faster!)
putstring_nl(« Card init. failed! »); // Something went wrong, lets print out why
sdErrorCheck();
while(1); // then ‘halt’ – do nothing!
}

// enable optimize read – some cards may timeout. Disable if you’re having problems
card.partialBlockRead(true);

// Now we will look for a FAT partition!
uint8_t part;
for (part = 0; part < 5; part++) { // we have up to 5 slots to look in
if (vol.init(card, part))
break; // we found one, lets bail
}

if (part == 5) { // if we ended up not finding one 🙁
putstring_nl(« No valid FAT partition! »);
sdErrorCheck(); // Something went wrong, lets print out why
while(1); // then ‘halt’ – do nothing!
}

// Lets tell the user about what we found
putstring(« Using partition « );
Serial.print(part, DEC);
putstring(« , type is FAT »);
Serial.println(vol.fatType(),DEC); // FAT16 or FAT32?

// Try to open the root directory
if (!root.openRoot(vol)) {
putstring_nl(« Can’t open root dir! »); // Something went wrong,
while(1); // then ‘halt’ – do nothing!
}

// Whew! We got past the tough parts.
putstring_nl(« Ready! »);
}
void loop() {
//putstring(« . »); // uncomment this to see if the loop isnt running
switch (check_switches()) {
case 1:
playcomplete(« Extermin.WAV »);
}
}
byte check_switches()
{
if (digitalRead(14) == HIGH) // check for high signal on pin 14 (analog 0)
{
return 1;
}
return 0;
}

// Plays a full file from beginning to end with no pause.
void playcomplete(char *name) {

// call our helper to find and play this name
playfile(name);
while (wave.isplaying) {

// do nothing while its playing
}

// now its done playing
}
void playfile(char *name) {

// see if the wave object is currently doing something
if (wave.isplaying) {// already playing something, so stop it!
wave.stop(); // stop it
}

// look in the root directory and open the file
if (!f.open(root, name)) {
putstring(« Couldn’t open file « ); Serial.print(name); return;
}

// OK read the file and turn it into a wave object
if (!wave.create(f)) {
putstring_nl(« Not a valid WAV »); return;

}

// ok time to play! start playback
wave.play();
}

J’ai trouvé le son « Exterminate » du Dalek sur internet (j’avoue ne plus savoir où) et je l’ai chargé sur la carte mémoire du wave shield pour d’arduino. Voici le résultat en vidéo :

Il faut que j’associe la partie motrice avec la partie sensorielle pour former le robot. Ensuite, il me faut crocheter ou coudre le corps du Dalek.
Est-ce que ça va marcher comme je le souhaite ? Aucune idée! C’est justement ça, le côté intéressant des choses: trouver et comprendre les erreurs, faire des adaptations, modifier/améliorer les choses, etc. Le seul hic est que c’est fait sur une base d’Arduino Uno, donc je dois l’englober dans le Dalek avec le corps l’entourant. En même temps, ce n’est pas très grave, l’idée étant de réussir à faire le projet, quitte à le défaire en suite.

Enfin, je ne sais plus pour quelles raisons, j’ai mis ce projet de côté, mais depuis 2012, je n’y ai plus retouché et il faudrait que je m’y remette.

Savon #5 : Pustules de zombies

Suite à mes testes de colorants rouges dans le savon, j’ai foiré un savon avec brio : saponification à chaud trop longue avec colorant rouge ajouté trop tard = pas facile de mélanger l’ensemble.
Il est utilisable et je peux me savoner avec, c’est juste qu’il a une sale gueule. En faite, je trouve que c’est un savon réussi dans le thème de l’horreur : Savon fait à partir de pustules de zombies.

image

La recette de ce savon est  :
Eau = 55,72 g
Soude (NaOH) = 27,45 g
Huile de coco = 30 g
Huile d’olive = 100 g
Huile de riz = 70g
Quelques grammes de colorant rouge.

Savon #4 : Fight Club

J’ai reçu mon moule à savon Fight Club (comme le moule est en plastique, je ne peux le mettre au four, dommage, mais je le savais lors de l’achat)! Après, quelques essaies à l’arrache et infructueux concernant l’ajout de colorant dans une recette de savon, j’ai fini par trouver un bon compromis. J’avais fait un savon avec tellement de colorant rouge, qu’il saignait à chaque lavage de main. Ce qui est surement funky pour un savon sur le thème de l’horreur et du sang, mais dans ce cas-là, c’était plutôt ennuyant (en plus l’odeur était pas top). Dans un autre essaie je n’avais pas fait gaffe à ma saponification à chaud en court, du coup, j’ai ajouté du colorant beaucoup trop tard et je n’ai pas pu le mélanger correctement donnant une couleur très moche, genre pustule zombique.

J’ai finalement trouvé un bon compromis avec le colorant lors d’une saponification à froid (je préfère largement faire de la saponification à chaud, mais j’avais envie de tester celle à froid). Sauf que j’ai eu un souci lors du démoulage du savon, que j’ai rafistolé un peu.

Ci-dessous la version rafistolage après démoulage foirée.

fight club soap

Ci-dessous la version démoulage foiré.

fight club soap with mistakes

Pour la recette, j’ai fait quelque chose de très classique avec des huiles de coco et d’olive:

  • Eau : 57.80 g
  • Soude (NaOH) : 28.47 g
  • Huile de coco : 40 g
  • Huile d’olive : 200 g
  • Quelques grammes de colorant alimentaire rouge

Conclusion de tout ça : Je n’aime pas la saponification à froid car ça prend des plombes à durcir. La saponification est prête au bout de deux jours, mais il n’est pas assez dur et pour ça il faut attendre plusieurs semaines. Alors que mes savons en saponification à chaud, je peux les utiliser le lendemain sans problème car ils sont déjà suffisamment durs. Aussi, il faut que j’apprenne à mouler et démouler correctement les savons pour un meilleur rendu. Mais en même temps, comme c’est un savon, je m’enfiche un peu que cela ne soit pas parfait.

Savon #3 : Brain Lego Brain

Récemment, j’ai commandé quelques moules sympas : un moule cerveau et un moule lego, du coup, je les ai testés le jour même de leurs réceptions.

La saponification à chaud (à la casserole) ne donne pas un savon aussi bien moulable (ça se dit?) que le saponification à froid. Du coup pour les prochains savons cerveaux et Legos, je pense faire de la saponification à chaud au four. L’idée est de commencer le processus comme la saponification à froid, c’est à dire que je verse la solution dans le moule dès que la trace est obtenu, puis je mets le moule au four. Ces moules sont en silicone donc ce n’est pas un problème d’enfourner le tout.

Pour ces savons, j’ai suivi la recette de mon premier savon (celui que je pensais avoir foiré, alors qu’en fait non):

  • Eau : 144,24 g
  • Soude NaOH : 71,04 g
  • Huile de coco : 100 g
  • Huile d’olive : 250 g
  • Huile de riz : 100 g
  • Huile d’arachide : 50 g

brain lego brain

 

Savon #2 : Mon premier savon encore caustique

Voici mon premier savon (contrairement à mon précédent article de ce matin). C’est le premier que j’ai fait mais j’ai eu une couille dans le potager durant sa réalisation et il est encore caustique. Je viens de faire un zap test avec la langue et le résultat est toujours positif (= zap de la langue = caustique). Sauf qu’aujourd’hui, j’ai pris le temps de couper le savon en 4 parallélépipèdes et de prendre une photo. Il va falloir que j’attende quelques jours / semaines et si c’est encore caustique, je l’utiliserais comme savon pour laver la vaisselle. Edit : Il n’est plus caustique et je m’en sers sous la douche.

Pour la recette, j’ai encore fait un truc au pif en utilisant SoapCalc, encore une fois c’est sans fragrance, ni parfum, ni colorant, ni rien, juste des huiles et de la soude:

  • Eau : 144,24 g
  • Soude NaOH : 71,04 g
  • Huile de coco : 100 g
  • Huile d’olive : 250 g
  • Huile de riz : 100 g
  • Huile d’arachide : 50 g

sop saponification

Savon #1 : Mon premier savon

Depuis quelques jours, je me suis mise à la fabrication de savon. C’est pas compliqué, le savon est obtenu par saponification qui est une réaction chimique entre un ester (des huiles ou graisses dans le cas de la fabrication d’un savon) et un ion hydroxide (une base forte comme NaOH ou KOH) et cela va donner un ion carboxylate (carboxylates de sodium pour savon dur ou carboxylates de potassium pour un savon liquide) et un alcool (glycérol). Si vous avez eu des cours de chimie, ça devrait, au moins vaguement, vous rappeler quelques choses, car souvent la saponification est au programme des TP de chimie (comme ça était le cas pour moi en licence de biologie), sinon, il y a wikipedia, entre autres.

Voici le résultat de mon premier savon. J’ai fait une saponification à chaud à partir d’une recette toute simple que j’ai faite via SoapCalc (tout est mesuré en grammes):

  • Eau : 86,70 g
  • Soude NaOH : 42,70 g
  • Huile de coco : 60 g
  • Huile d’olive : 240 g

Aucun colorant, aucun parfum ni aucune fragrance, c’est du 100% savon sans rien d’ajouté.

Hand made and home made soap olive oil soap water coconut oil

Blocage de carrée granny

J’ai récemment appris ce qu’était le « block the yarn », ou en français, le blockage de fibre, en crochet et tricot. Le but étant de bloquer et fixer la laine/fibre pour lui donner la taille et forme voulues. Aussi, ça permet de donner un meilleur rendu au produit crocheté.

block yarn

Comme j’ai prévu de faire un plaid à partir de carrées granny (granny squares), je souhaitais bloquer mes granny squares. Pour ce faire :

  • J’ai acheté une planche en liège (même matière que les buchons des bouteilles de vin ou volant de badminton).
  • J’y ai tracé des carrées de 8 x 8 cm (taille voulue de mes granny squares).
  • J’ai rincé mes granny squares à l’eau froide, que j’ai essorés en les pressant dans ma main.
  • J’ai donné forme aux granny squares en les épinglant sur la planche.
  • Ils ont séché à l’air toute la nuit et là, ils sont secs et bloqués, j’en suis satisfaite.

J’ai choisi le liège comme matière car, je me suis dit que si c’est imperméable aux liquides (cf bouteille de vin), ça devait être parfait pour lécher sécher de la laine humide dessus, et c’est bien le cas. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle je n’ai pas choisi de carton, ça ne tient pas l’humidité. Je vais surement m’acheter une deuxième plaque de liège pour y mettre des carrées de 10 x 10 cm et/ou l’utiliser pour d’autres types de forme plus libre. Le côté pratique à tracer des carrées dessus est qu’il n’y a plus besoin de faire les mesures par la suite.

DIY #1 : Fabriquer un compteur de longueurs de piscine à moins de 3 euros et en 2 minutes

Je me suis remise à nager depuis la semaine dernière et pendant mes brasses, crawl, dos et retentage de papillon, j’écoute des audiobooks ou de la musique, car je trouve ça trop ennuyant d’écouter le bruit ambiant des gens qui nagent. Du coup, comme, je me concentre sur l’écoute, je ne peux compter le nombre de longueur de piscine que je fais ou alors je m’y perds assez vite.

J’ai cherché sur google ce qui existait en matière de « swimming lap counter » et hormis des montres qui coutent la peau du derche et dont je n’en ai pas besoin, j’ai trouvé le SportCount Lap Counter. Il se porte comme une bague, dont il suffit de cliquer sur le bouton à chaque longueurs nagées, sauf qu’il coute 30 euros et qu’il faut le renvoyer pour faire changer la pile (15 euros le changement de pile, sans parler des frais de renvoi), bref c’est cher (certains diront que ça vaut son prix, surement), fastidieux si la pile est nase et je n’ai pas besoin d’un truc si « sophistiqué », surtout à ce prix.

Puis, j’ai pensé au compteur de rangées / mailles (stitch / row counter) que l’on a au tricot/crochet. Ils ne sont généralement pas trop gros, tout en plastique, aucune partie électronique (ce n’est que de la mécanique) donc, ils résistent à l’eau sans problème. Voilà comment l’idée de créer un compteur de longueur de piscine à partir de ces compteurs de rangs pour tricot met venue !

Voici le tutoriel DIY pour faire un compteur de longueur de piscine à moins de 3 euros.

Il vous faut :

Fabriquer son propre compteur de longueur de piscine natation pour moins de 3 euros et en moins de 3 minutes

  • Un compteur de rangée pour tricot / crochet. Ils ne sont pas cher, sauf si vraiment vous prenez ce de la marque prym (environ 4 euros les 2 compteurs (2 tailles différentes)), mais sur ebay (et surement amazon et etsy, aussi), il est possible d’en trouver à 2 euros les 5 ou même 10. On les trouve très facilement dans les magasins de tricot ou de loisirs et créations.
  • Du fil élastique. Il est possible d’utiliser du fil en silicone ou d’autre type, en fonction de vos goûts/choix. Le fil élastique à la particularité d’être élastique (cap’tain obvious), donc il « sert » le doigt sans tomber. Ça se trouve facilement dans les magasins de loisirs et créations et c’est vendu au mètre (chez Sinelli à Itäkeskus d’Helsinki, c’était 0.30 euros le mètre).
  • Un fermoir de cordon (en anglais : cord clasp). Il y en a plein, de toutes sortes et en fait, même un petit rectangle d’acier inoxydable devrait aussi faire l’affaire, si vous avez ça en stock. Ça ne coute pas cher, ça se trouve facilement en magasin de loisirs et créations (rayon bijoux). Mon pack de 8 a couté 1.20 €, mais c’est un magasin finlandais (et assez cher, je trouve). Donc, il doit y avoir moyen d’en trouver pour bien moins cher.
  • Ciseaux et pince.

En gros, les trois éléments de bases devraient être trouvables dans le même magasin de loisirs/créations sans problème.

  • Faire passer le fil dans le compteur de rangée.
  • Faire un nœud à l’extrémité du fil (celui qui est passé dans le compteur).
  • Former un cercle avec les deux bouts de fil dans le fermoir et ajuster la taille du cercle en fonction de la circonférence de votre doigt. Ça doit légèrement serrer pour ne pas tomber (j’ai bien dit légèrement, le but n’est pas de stopper la circulation sanguine vers le doigt et le perdre (le doigt)). Le nœud formé à l’étape 2 doit être très près du fermoir.
  • Insérer le cercle de fils formés dans l’étape précédente (à la jonction des deux bouts) dans le fermoir à cordon et serrer le fermoir de cordon à l’aide d’une pince.
  • Faire nœud avec l’autre bout du fil, le nœud doit aussi être très près du fermoir. Couper le fil. Cela permet de « sécuriser » les bouts du fil afin d’éviter, dans le doute, qu’ils glissent hors du fermoir.

Voilà, vous avez un anneau permettant de compter le nombre de longueur de piscine que vous avez fait et en plus, ça ne coûte pas grand-chose à faire et c’est fait en moins de 5 minutes. Une fois arrivée en bout de piscine, vous avez juste à tourner la molette avec vos doigts.

DIY lap swimming counter

P.s.: DIY = Do It Yourself, qui en français veut dire Faite le vous même.